mardi 26 avril 2011

Glenn Smith, le plus jeune réalisateur de clips en France !



Glenn Smith, le plus jeune réalisateur de clips en France
Deux-mille-dix aura vu un nouveau talent émerger dans le paysage audiovisuel français. Glenn Smith, jeune réalisateur indépendant, est passé de l’ombre à la lumière en une année grâce à l’Internet. Loin des clichés véhiculés par le rap, Glenn Smith a su se démarquer en innovant. Projecteur sur le plus jeune réalisateur de clips en France.
Originaire de Montfermeil, Glenn est un jeune lycéen qui n’a que quinze ans lorsqu’il commence à filmer. Son frère rappeur se produisant dans des concerts, le garçon est amené à tenir la caméra et à enregistrer les représentations de son aîné. Avec le temps, les vidéos s’accumulent et il ne sait plus quoi en faire. Une blessure le contraint d’arrêter son sport favori, le football et il décide alors de revenir vers la vidéo. Il s’initie au montage et se découvre immédiatement une nouvelle passion : la réalisation.
Bercé par le Hip-Hop et le rap américain, et membre à part entière de Double N Prod, Glenn Smith développe alors un talent certain et une vision novatrice de l’univers du rap. C’est le rappeur La Fouine qui le lance en l’invitant à travailler sur plusieurs projets. D’abord la réalisation de « street clips », clips réalisés avec les moyens du bord. Puis une série intitulée « Fouiny Story » retraçant le périple et la conception du dernier album du rappeur. Glenn Smith ne cache pas non plus son admiration pour Chris Macari, célèbre réalisateur de clips de rap, qui reste pour lui un modèle de réussite. Cependant il désire innover et apporter une touche différente de ce qui a été produit jusqu’à présent.
Glenn Smith a la particularité de porter plusieurs casquettes : il est à la fois réalisateur, monteur et scénariste de ses clips. Il revendique cette indépendance. Quand La Fouine fait appel à lui, il lui laisse carte blanche. Glenn doit se débrouiller, écrire lui-même le scénario, choisir les lieux, l’éclairage… Et il prend tout cela très à cœur. Pour lui, un clip c’est tout d’abord une œuvre d’art. Les images doivent être indissociables de la musique. Elles doivent apporter une nouvelle perspective à la création de l’artiste tout en la respectant. Lorsqu’il réalise, il n’a qu’un seul but : enrichir la musique et amener l’auditeur à l’écouter différemment. Ses clips apportent aux chansons un point de vue différent et l’on ne peut oublier les images lorsqu’on écoute la musique. Tout ceci fait de Glenn Smith un réalisateur d’une nouvelle génération qui met davantage en avant la création artistique que les moyens mis en œuvre.
La crise vécue par l’industrie du disque renverse toutes les tendances. Plus besoin d’être médiatisé pour être populaire, plus besoin de budgets faramineux attribués par les majors pour réaliser et diffuser un morceau ou un clip musical. Les nouvelles technologies apportent la possibilité à chacun de « distribuer » son art et la toile s’avère être un moyen plus qu’efficace de tenir en haleine les spectateurs. Glenn Smith l’a très bien compris. Au risque de contrarier Hadopi, il fait parti de ceux qui considèrent l’Internet comme un avantage plutôt qu’un inconvénient et n’hésite pas à publier ses créations une fois achevées. Et le public le lui rend bien : Les Soleils de Minuit compte déjà 1 Million de vues sur You tube, score excellent pour un jeune inconnu de vingt ans ! Désormais, avec l’Internet, il n’y a que les qualités artistiques qui comptent. Juste retour des choses.
Glenn ne souhaite pas se limiter qu’au rap. « J’ai soif de découverte ! » dit-il, même s’il ne renie pas ses racines, il ne refuserait pas de réaliser pour d’autres genres musicaux. Il travaille actuellement sur un documentaire portant sur le rap mais précise qu’il ne ressemblera pas à ce qui a déjà été fait. « Il y aura un travail d’analyse plus profond, plus journalistique. ». Avec une détermination sans limites et un talent incontestable, Glenn Smith n’a pas fini de nous étonner.
Site de la production de Glenn Smith : www.doublenprod.com

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire